Rejjie Snow, petit prince du hip hop irlandais

De son vrai nom Alexander Anyaegbunam, Rejjie Snow est un rappeur atypique mi-irlandais mi-portoricain au débit de paroles impressionnant et au flow lent qui séduit le monde: un beat kitsch et groovy et une voix parfaitement reconnaissable, calme et grave.

La musique du prodige Irlandais prend directement aux tripes, aux sentiments. Agressive et posée, âpre et douce, à la fois. Les arrangements sont bruts, les sensations amplifiées, le discours sincère. À 25 ans, Rejjie Snow s’attaque aux travers de notre société et nous propose un univers libre et volatile.

A 12 ans, Rejjie, accro de rap US, assiste, yeux écarquillés, au concert de Pharrell Williams. Dès lors, son destin est scellé: “J’étais au premier rang, je connaissais les morceaux par coeur. Il le remarque et me fait monter sur scène pour chanter ‘Rockstar’. Après le show, j’étais convaincu d’une chose. Devenir musicien”.

Débarqué de son Irlande natale, il se retrouve dès 16 ans aux États-Unis. Arrivé à Los Angeles, il rencontre rapidement le collectif Odd Future. La ressemblance du timbre de la voix ou le rythme du flow, est parfois troublante avec le groupe américain. Mais n’y voyez pas une pâle copie. Rejjie ne s’abaisse pas à ce genre de concession. Il commence sa carrière sous le nom de Lecs Luther en 2011 avant d’adopter le nom de Rejjie Snow. En tant que Lecs Luther, il dévoile son premier projet, un EP intitulé “Fish & Chips”.
En 2012, il rentre à Dublin pour se consacrer entièrement à la création de sa musique. Au printemps 2013, il sort “Rejovich”, son deuxième EP, qui se place immédiatement en tête du top des ventes iTunes Hip-Hop, devant la dernière sortie de J. Cole.

En juin 2015, Rejjie publie son premier single officiel, “All Around the World”, dans lequel joue Lily Rose Deep.

En attente de la sortie de son premier album studio “Dear Annie”, il dévoile tour à tour plusieurs singles : après avoir fraichement signé sur le label américain 300 entertainment, en 2016, il sort “D. R. U. G.S.”, “Pink Beetle” et “Crooked Cops” (morceau issu de son EP ‘Rejovich’) dans lequel il dénonce les violences policières subises par la communauté noire.
Toujours au cours de la même année, il sort “Flexin'” en collaboration avec son compatriote Ebenezer.

En 2017, Rejjie Snow nous tient encore en haleine et nous dévoile sa nouvelle mixtape “The Moon & You”.
Un concentré de 13 titres à considérer comme une introduction à ‘Dear Annie’. Rejjie impressionne aussi et surtout parce qu’il a tout d’un grand professionnel. A son grain de voix nonchalant et « out of the box » s’ajoutent la maîtrise et la justesse de l’ensemble des influences dans lesquelles il puise. Il n’hésite pas à faire appel aux grands du Rap Game et ne se refuse absolument aucune collaboration, à l’image du titre “Purple Tuesday” (feat. Joey Bada$$ et Jesse Boykins III).

16 février 2018, ça y est! Cinq ans après la sortie de L’EP ‘Rejovich’ qui a lancé sa carrière, Rejjie sort son premier et tant attendu album studio “Dear Annie”. L’album qu’il a mis cinq ans à enregistrer entre Los Angeles, Dublin et Paris, est un LP de lover très introspectif dans lequel il réussit à mêler avec brio les rythmes, les instrus, et nous offre un échantillonnage d’ambiances à la dominante chill.
Ce lien entre les chansons de son album, c’est le sentiment de romance, quelque chose dont il aime parler et qui est mis en avant dès le premier single du disque, “Egyptian Luvr”, dont la prod porte la signature de KAYTRANADA. Plus que de chanter l’amour, Rejjie dévoile qui il est, sans filtre.

Dans cette quête de recherche personnelle, le natif de Dublin a développé un attachement très fort, visible et exprimé, pour le pays où il est né, l’Irlande. “C’est très important pour moi de clamer d’où je viens, de montrer mon histoire. Je suis très fier d’être Irlandais, parfois même, c’est la chose dont je suis le plus fier!”, affirme-t-il avec conviction aux Inrocks. Cet amour pour l’île d’émeraude est même la première chose que l’on remarque ; sur la cover de ‘Dear Annie’ on voit une toute jeune fille, rousse et pâle de peau, en référence aux clichés. Il a également beaucoup de tics de langage très irish rapidement identifiables sur ses préludes.

On appelle donc “Dear Annie” le premier grand album de hip-hop irlandais.

Rejjie Snow’s bash:

Please follow and like us:

One Reply to “Rejjie Snow, petit prince du hip hop irlandais”

  1. Perso, j’aime bien certains morceaux.

Laisser un commentaire